• L'électromagnétisme sous-tend la matière vivante

    CHAPITRE 10–1                 

    L’ELECTROMAGNETISME SOUS-TEND LA MATIERE VIVANTE

    C’est vers 1988-89 que grâce à un collège, j’ai pu m’intéresser à l’électromagnétisme. Mon métier nécessitait des connaissances au sujet des radiations et des ondes. Ce collègue chargé de formation, avait une bonne capacité technique et scientifique puisqu’il avait fait ses classes au CNRS. En dehors de l’établissement de nos fiches techniques professionnelles, cet homme a été à l’origine de trois découvertes très importantes pour moi :

    *     J’ai appris par lui que la planète est soumise à un immense champ électromagnétique parcourant toute sa surface d’un pôle à l’autre. Ce champ est produit par un noyau central interne qui tourne en sens contraire du sens de la surface. C’est-à-dire que pendant qu’en surface la Terre tourne d’Ouest vers l’Est, le noyau central interne de notre planète tourne en sens contraire, d’Est vers l’Ouest. Ce champ est tellement puissant qu’il peut capturer tout satellite qui se trouve à une certaine distance, telle la Lune. C’est le même cas pour toutes les planètes qui décrivent des orbites régulières autour du noyau central du Soleil. La force unique de cohésion de tout ce qui tourne dans l’univers est électromagnétique. Ce principe est autant cellulaire, planétaire, cosmique que galactique. Je n’avais aucune conscience de cette réalité simple et gratuite.

    *     Autre principe de base : Tout ce qui est vivant vibre à un certain taux vibratoire mesurable. Tout ce qui est vivant peut donc être mesuré y compris l’onde psychique de la pensée.

    *     Une grande partie des émissions vibratoires est invisible et inaudible pour l’homme qui n’est ouvert par ses sens qu’à un certain éventail de vibrations. Tout ce qui ne peut pas être capté échappe au champ de perception de l'homme. 

    La question se pose alors : qu’en est-il de ce que l’on nomme « extraterrestre » et du monde de l’invisible ? Est-ce que l’on désigne ce que l’on ne perçoit pas ou ce qui n’existe pas avec certitude ? Pourrait-on dire concernant un aveugle que les objets qu’il ne toucherait pas n’existeraient pas ? Ce qui équivaudrait à dire que n’est réel que ce que nos sens peuvent capter. Voilà la stupidité affichée par le commun des mortels. Nous affirmons avec force que ce que notre technologie ou notre biologie ne peut capter, ne peut pas exister. Que pourrait cacher ce refoulement du bon sens ? C’est une insulte à la raison provenant d’esprit voulant cependant rester raisonnable. Pour me le prouver, mon collège m’a montré une règle qui définissait les différentes catégories de taux vibratoires naturels. Il y avait une zone concernant la zone humaine, une zone animale, une zone correspondant aux couleurs et aux sons, et une zone aux extrémités de la règle mentionnant ceci : « ondes non présentes sur Terre ». La question était donc simple : toutes les ondes non mesurables sur la Terre sont-elles hors de la réalité absolue ? Ou bien devons-nous accepter scientifiquement que nous n’ayons pas la possibilité de capter, ressentir tout ce qui existe. Si des enseignants affirment que tout ce que nous ne captons pas, n’existe pas, c’est un mensonge, c’est de la désinformation et c’est très grave. C’est pourtant ce qui se passe. Que des spécialistes intelligents soient attachés à cette croyance sécurisante a excité ma curiosité. Quelle motivation ont-ils à mentir ? En conclusion de ma réflexion, d ‘‘ une façon stupide, par habitude, nous convenons communément que la réalité est composée de ce que nous percevons avec nos sens ou nos appareils de détection. Par exemple, nous acceptons que les ondes hertziennes existent parce que nous en avons la preuve sur les écrans de télé. Mais quelle serait cette logique bizarre qui dirait qu’ils n’existent que ces longueurs d’ondes parce que nous n’avons pas la preuve que d’autres existent ? Combien existent-ils de longueurs d’ondes pour lesquelles nous n’avons encore aucune utilisation et donc aucune preuve ? Il m’a fallu moi-même attendre l’âge de 40 ans pour découvrir cette évidence et je m’inclus dans cette stupidité collective. Mais cette tendance commune a hélas des conséquences dommageables pour nous au quotidien, comme je le signale à la page suivante. Notre ignorance volontaire diminue notre vigilance. Complètement abandonnés à la bienveillance hypothétique d’un aussi hypothétique pasteur, les moutons que nous sommes inconsciemment ne se méfient de rien, la tête baissée occupée à survivre plus durement que du bétail puisque pour lui au moins tout est gratuit.

     

    Téléphone mobile et lignes EDF, une pollution électromagnétique invisible.
    Sur le site : <<smh-ecologie-solidarite.org/spip.php?article14>> nous pouvons lire ceci :<< Le manque de culture du public à la matérialité des ondes a une conséquence directe sur le manque de précaution de chacun, puisque nous sommes inconsciemment programmé à croire que n’existe que ce que nous ressentons. Le téléphone mobile et les lignes à haute tension sont une pollution électromagnétique dangereuse qui est presque oubliée du commun des mortels même si cette idée flotte dans l’air du temps. Lors des diverses élections, le sujet de cette pollution dite ELECTROSMOG est passée sous silence même par les ‘‘ verts ‘‘ comme si elle n’existait pas. Nos yeux ne la voient pas mais notre corps encaisse ces effets. Les assurances ne prennent plus en charge les problèmes de santé liés à la téléphonie mobile et c’est la société qui paie. Les médecins connaissent les risques, les scientifiques aussi, comme les politiques. Le public fait confiance aux politiques qui attendent les réactions des électeurs. Toutes les villes sont confrontées aux implantations d’antennes relais de téléphonie mobile. Le téléphone portable a besoin de ces antennes pour que nous puissions communiquer avec le monde qui nous entoure. Le portable est arrivé en France vers les années 1992-93. Le décret légiférant l’implantation des antennes relais est apparu en mai 2002. La problématique de santé publique liée à la téléphonie mobile est pourtant simple, il suffirait de baisser la puissance des antennes relais à une valeur de champs électromagnétique de 0,6 volts par mètre comme le préconise la majorité des scientifiques. Mais pour cela les opérateurs devraient multiplier les antennes relais. Voilà le cœur du problème. La technologie évolue très rapidement et personne n’est contre mais ce ne doit pas être au détriment de la santé de la population. D’un coté il y a ceux qui profitent : les opérateurs, les industriels de la téléphonie mobile et les élus nationaux. De l’autre coté il y a les impuissants passifs : les utilisateurs de portables, les riverains d’antennes relais et les élus locaux. Il y a eu énormément d’études en trente ans et pour ne citer qu’un exemple, celui du programme de recherche européen « Reflex ». Il a montré le grand risque d’incidence des ondes sur l’ADN. Une équipe de scientifiques américains, à Chicago, a publié en août 2005 des résultats affirmant que l’exposition de cellules humaines aux micro-ondes de téléphonie mobile induisait une modification dans l’expression de nombreux gènes et le cycle cellulaire. Avec le programme d’études international « Interphone » et après le Danemark, la Finlande, la Norvège, la Suède, et la Grande-Bretagne, la France corrobore le risque cancéreux pour les gros utilisateurs de téléphone mobile. A partir de 20 mn par jour seulement, nous sommes déjà considérés comme gros consommateurs. C'est-à-dire 2mn par heure ! Le portable GSM a fêté ses 20 ans en septembre 2007 et les scientifiques ont assez de recul pour parler de PREUVES et maintenant ils ne parlent plus de principe de précaution. Mais il n’y a pas que le téléphone, il y a aussi les lignes électriques à haute tension. Dans un rapport, d’aout 2007 l’expert en Santé Publique le Dr. David Carpenter, Directeur à l’Institut pour la Santé et l’Environnement à l’Université d’Albany, New York, dit : <<Ce rapport est dressé pour un appel au réveil que l’exposition à long terme à quelconques Types de CEMs (Champs Electro-Magnétiques) peut causer de graves effets sur la Santé. Une bonne conception de santé publique serait maintenant nécessaire pour prévenir des maladies cancéreuses et neurologiques liées à l’exposition aux lignes à Haute-Tension et autres sources de CEMs. Nous avons besoin d’alerter la population et nos décideurs que poursuivre les affaires en se voilant la face est inacceptable pour la morale. C’est le gouvernement qui a demandé aux opérateurs de couvrir toute la France. Avec une rapidité déconcertante, le décret est sorti en mai 2002 dans lequel des normes sont spécifiées et inscrit au journal officiel 3 jours plus tard. Celles-ci émanent d’une directive européenne qui se réfère à l’ICNRIP et à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), et donnent des valeurs maxima à ne pas dépasser. Cette directive laissait le libre choix aux états membres d’appliquer leurs propres normes et c’est pour cela que les valeurs sont différentes dans certains pays comme l’Italie, la Suisse, la Belgique, où les valeurs de champs électrique à ne pas dépasser sont beaucoup plus basses, 6V/m en Italie 3V/m en Suisse, 0.06V/m à Salzburg. Et la technologie fonctionne très bien aussi ! Suite au Grenelle de l’environnement, un groupe de travail a fait des propositions sur le sujet de l’électromagnétisme et ses dangers. Des propositions de textes législatives sont en cours. Il y a bien des propositions pour réduire les pollutions mais pas de discussion donc pas de loi ! >> Fin de l’extrait du site.

    L’énergie cristalline interdite de connaissance
    C’est le parfait exemple du voile de silence jeté sur certaines connaissances par les autorités scientifiques et enseignantes. Une quantité infime de la population ne sait pas que certains minéraux à la structure cristalline ont un pouvoir physique et psychique qui les rend très puissants. Notre industrie les utilise entre autres dans les piles à quartz, les lampes à laser, mais aussi les mémoires informatiques. Mais, stop, ça s’arrête là pour nous. Quelques médecins soignent depuis peu avec cette technologie et des livres très anciens témoignent de leur utilisation. Il faut espérer que nos sociétés ne vont plus se priver à l’avenir de cette technologie naturelle puissante surtout en matière de santé naturelle gratuite. Ce fut pour moi la première découverte qui me fit basculer dans l’exploration des sciences occultées. Je consacre plus loin un sous chapitre sur les pouvoirs du cristal, sujet au combien sensible. J’ai donc acheté dans les années 90 quelques cristaux de roche en commençant par des quartzs et j’ai pris des informations sur leur utilisation. J’ai appris que la texture des premières mémoires informatiques était en silice et que la particularité physique des cristaux était d’avoir une structure naturelle parfaitement homogène qui leur permettait d’être fidèles en ce qui concernait l’énergie électromagnétique stockée ou transmise. Les cristaux peuvent être utilisés avec les ondes du cerveau ou ondes psychiques. J’en étais là de mon expérimentation quand j’ai été informé qu’un médecin des beaux quartiers de Paris utilisait avec grand succès des cristaux pour ré-harmoniser les énergies des organes du corps. J’ai fait plusieurs tests chez ce docteur reconnu. J’ai très vite découvert que l’énergie des cristaux est d’une telle réalité incontestable que leur utilisation demande une longue formation et un apprentissage. Comme tout ce qui est du domaine de l’énergie, une utilisation faite de façon abusive et sans conscience entraine des effets négatifs. Suite à une utilisation volontairement excessive, j’ai eu la preuve sur ma santé que le mauvais emploi des cristaux était dangereux. Le cristal fonctionne comme un amplificateur d’ondes quelle que soit leur nature. Ce qui pourrait justifier que son utilisation ait été interdite depuis des siècles à des époques ou la magie noire sévissait. Cet argument est fallacieux car les mages noires n’ont jamais perdu cette connaissance secrète. Par contre j’y vois une autre raison qui était de limiter les pratiques de magie blanches qui ont presque toutes disparues suite à des campagnes régulières de persécution. L’état ne voulait pas se trouver avec des sujets capables d’amplifier leur capacité mentale. Si l’on devait interdire tout ce qui pourrait être dangereux, de quoi nous servirions-nous ? Plus de produit chimique, plus de feu, plus d’outil tranchant, plus de progrès technique. Le hasard, s’il existe, a voulu que mon collègue du CNRS a éprouvé le besoin de rencontrer par curiosité ce médecin qui poussait son exercice jusqu’à photographier l’énergie sortant des pieds et des mains des patients. Il pouvait voir le fonctionnement général de leur énergie renforcée par le cristal. Ces clichés s’appellent la photographie KIRLIAN. La technique en est très simple. Dans une chambre noire il fait parcourir un courant de faible intensité à travers le corps. A l’instant de la décharge, il photographie les effluves qui sortent des méridiens des membres inférieurs et supérieurs. Cette découverte par mon collègue a provoqué une mini-perturbation qui fut pleine d’enseignement pour moi. A partir de là, ce collègue avec qui j’avais d’excellentes relations a pris du recul et j’ai même senti qu’il regrettait de m’avoir donné autant d’informations sur l’électromagnétisme. Il a fait machine arrière comme si nous n’avions rien fait ensemble. L’interprétation que je fis de ce refroidissement relationnel était la suivante : Je ne faisais pas partie, ni même ce docteur, de cette élite initiée qui était seule autorisée à utiliser de tels secrets scientifiques. Selon lui l’utilisation en biologie médicale des champs d’énergie cristalline ne pouvait être pratiquée que par des spécialistes autorisées par une académie. En un mot ce médecin et moi étions de dangereux apprentis sorciers. Il était scandalisé qu’un médecin marginal puisse sans autorisation gouvernementale et par sa seule initiative pratiquer de telles techniques aussi puissantes. D’une façon générale il estimait que le pouvoir des ondes électromagnétiques associé aux effets amplificateurs du quartz ne pouvait être utilisé que par des ingénieurs encadrés par une autorité telle que le ministère de la Défense. Communiquer un savoir-faire aussi sensible au niveau du grand public présentait une atteinte à la sécurité nationale. Il était scandalisé et il prit définitivement ses distances d’avec moi. Je ne peux aujourd’hui que le remercier de cette attitude sincère qui m’a tant inciter à continuer mon enquête. Cela a constitué une forte prise de conscience pour moi. A savoir que des connaissances aussi fondamentales pour la santé puissent être détenues par une minorité cachée qui constitue de fait comme une caste dans une pyramide élitiste. A ce jour, 30 ans après, ce médecin est reconnu comme très compétent et la science de l’énergie cristalline est lentement en voie de restauration dans le secteur privé pour le bien de tous. Seuls les états restent embarrassés. J’ai longuement médité sur ce que m’a dit ce collègue. Ce qui s’est passé entre nous n’était qu’un micro épisode de ce qui arrive constamment depuis 2000 ans ou plus entre le commun des mortels et les autorités jalouses de leur pouvoir. J’étais sur la bonne voie. Derrière tout ce qui était interdit au public se cachait donc un pouvoir important dont les ‘‘ moutons ‘‘ devaient être ‘‘ privés ‘‘. Notons au passage l’humour du vocabulaire français : Tout ce qui ne concerne pas l’Etat est privé ! Les citoyens ordinaires sont donc ‘‘ privés ‘‘. C’est ce que je commençais à entrevoir. J’étais remonté comme une horloge et je n’avais pas l’intention de rester ‘‘ privé ‘‘ très longtemps.

    Les pouvoirs de l’homme vibratoire dévoilés             
    Après ce premier succès je commençais à fréquenter les salons consacrés aux médecines parallèles et je découvrais que la plupart des stands intéressants utilisait une technologie ‘‘ subtile ‘‘ qui, de la même façon, aurait pu être considérée comme sensible et dangereuse parce que touchant l’énergie vitale de l’homme. Je découvrais un nouveau concept issu de la médecine chinoise et tibétaine à savoir le système vibratoire du corps qui se superpose au physique. Contrairement à notre médecine anatomique qui soigne les organes, la médecine ancestrale orientale s’intéresse aux différents flux énergétiques qui parcourent notre organisme grâce à un réseau aussi complexe que précis. L’ensemble du corps était aussi pris en compte selon un autre nouveau concept appelé ‘‘ Holisme ‘‘.  C'est-à-dire : « La tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l'évolution créatrice ». Cette façon de voir correspondait à une découverte générale en matière d’observation de la nature : << La tendance de l'univers à construire des unités structurales de complexité croissante mais formant chacune un tout complet. >> L’homme vibratoire accompagnait maintenant l’homme physique et l’homme psychique. La médecine rejoignait la trilogie jusque là philosophique : Corps-âme-esprit. Ces salons proposaient donc une vision nouvelle de la santé. Pour donner un exemple, j’ai testé une technique américaine de ré-harmonisation de tous mes champs électromagnétiques. Elle s’appelle ‘‘ EMF Balancing Technics».  Elle coordonne les énergies physiques, émotionnelles et spirituelles dans le but de déparasiter le corps des déchets énergétiques passifs. Je compare, par une image, ce travail à un nettoyage de disque informatique et à une défragmentation générale du système. Cette technique m’a confirmé que nous étions à la charnière de deux époques. L’ancienne qui est celle du secret et de l’élitisme et une nouvelle voie qui est celle de la libération des connaissances. Cette nouvelle tendance permettait une ouverture de conscience et l’accès à de nouveaux pouvoirs perdus ou cachés. Au bout de quelques années d’expérimentation des champs électromagnétiques corporels j’avais compris où était la motivation du grand et puissant Secret-Défense. L’électromagnétisme est le lien qui rend solidaire les particules constituant la matière, c’est le vecteur qui lui permet ses changement d’état, c’est enfin la passerelle qui lui permet de changer de dimension. L’enjeu est de dévoiler au public que la limite dimensionnelle de notre monde est très fine pour ne pas dire inexistante. Nous savons aujourd’hui sans en comprendre la conséquence que ce que nous appelons l’autre monde est fait d’antimatière. L'antimatière est l'ensemble des antiparticules associées aux particules et composant la matière classique. Le préfixe « anti- » signifie que l'antimatière est « l'opposée » de la matière. C’est à dire son symétrique. Toute matière y compris nous-mêmes a un symétrique. Certains physiciens avant-gardistes avancent que l'antimatière a été projetée, lors de la création de l'Univers, dans un univers parallèle au notre. Il n’y a rien de religieux, ni de philosophique dans cette connaissance de la matière vivante et des mondes parallèles. Toutes ces données définissent le flux vital dans sa réalité électromagnétique animant toute la matière vivante, constituant même la matérialité de l’esprit, de la parole et des images. Un peu de cette vérité est aujourd’hui lâchée comme un os à ronger avec les recherches sur la physique quantique ou en physique moléculaire dont l’étape actuelle est la nanotechnologie. Comme si la découverte du secret de la création était un trésor à cacher. Cette connaissance essentielle de la dynamique de la matière vivante n’est pas communiquée et contrairement à ce que pensent les initiés, je trouve scandaleux que l’on fasse croire que notre époque est une époque de connaissances alors que l’essentiel de ce qu’il faudrait savoir pour comprendre la réalité du monde dans lequel nous vivons est complètement interdit et réservé à une élite dirigeante pour des motivations que je ne pouvais par encore comprendre à cette étape de ma recherche. Je comprenais ainsi pourquoi les pratiques des druides, des chamans et des sages des grandes traditions avaient toutes disparu parce qu’ils étaient eux aussi des techniciens pratiquant les sciences de la matière, incluant la pensée. Ils utilisaient tous l’énergie cristalline héritée des atlantes avant que Rome ne décide d’éradiquer ces pratiques jugées trop puissantes pour la plèbe.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Graal
    Lundi 29 Août 2016 à 13:39
    Plus que le taux vibratoire est élevé moins qu'il y a de la matière . C'est aussi l'échelle spirituelle . Il y a l'esprit , l'âme et l'être humain . L'esprit est notre noyau , la voie intérieur ou la petite lampe , qui est immatériel et provient des sphères spirituelles du paradis si on veut . L'âme est cet esprit avec une enveloppe de matière subtile ( beaucoup moins dense que la matière qu'on connait ) . Et l'être humain est cette âme avec une enveloppe de matière dense , mais notre noyau est esprit , le seul qui est vraiment vivant , qui peut utiliser la force provenant du créateur selon sa liberté de résolution propre à l'esprit mais avec une responsabilité .... la Loi de la Réciprocité . L'ascension n'est que la remonté de la vibration d'une façon auto-consciente . Il y a plusieurs niveaux dans chaque plan ... Spirituel , matière subtile et la matière dense et j'en passe aussi . Mais la Terre est l'endroit le plus éloigné ou la Lumière ( de Dieu ) se rend , plus loin , plus dense la Lumière ne se rend pas et ceux qui y sont ne peuvent pas remonter vers le spirituel ( il ne savent pas ce qui est bien ou ce qui est mal .... pas de Lumière ) , ils sont vouer à la décomposition pour revenir dans le Spirituel dans un état inconscient comme ils étaient avant leur décente dans la matière pour évoluer vers l'auto-conscience ... ils n'ont pas réussit à se défaire de la matière avant le jugement dernier .
      • Lundi 29 Août 2016 à 15:36

        Votre texte ici est très important pour moi car je n'ai pas du tout ces références et ces concepts. C'était les miens du temps où j'avais étudié la tradition hermétique transmises de siècle en siècle par les cercles des initiés depuis l'Atlantide.

        Etant aujourd'hui directement en contact avec les bibliothèques génétiques situées en dehors de notre sphère terrestre en 3D, j'ai j'ai une toute autre vision des concepts universels de la spiritualité, de la matérialité, de l'âme et de l'esprit.

        La matérialité des mondes universels est stupéfiante car elle est quantique. C'est à dire que les structures moléculaires de tous les objets sont vivantes. Ces structures fluctuent en fonction de la pensée de leurs créateurs. C'est à dire le rêve inespéré de nos concepteurs. Un seul objet universel, prenons par exemple un simple vaisseau spatial, a autant de formes et de fonctions que de dimensions dans lesquels ils se déplace sous la volonté permanente de son pilote.

        Quant à la structure des créatures vivantes, dont les humains de type galactique originel (avant la capture reptilienne), elle se décline en 3 niveaux : l'esprit originel avec son programme, son âme ou ambassadrice dans les mondes duels, son véhicule vivant ou corps programmé pour séjourner sur plusieurs dimensions en même temps.

        Comme pour les véhicule spatiaux galactiques, cette configuration humaine en 3 parties ne se détruit jamais, sauf rarissime exception. La plupart du temps c'est le déplacement dimensionnel qui donne l'illusion terrestre que le corps disparaît.

        Ce que nous enterrons dans nos cimetières n'est que le résidu de cette transformation ou déplacement moléculaire. L'image qui me vient c'est que nous n'enterrons que le sac contenant le déchet de cette mutation. C'est donc notre ignorance qui provoque la souffrance. Mais cette période se termine.   

        En réalité cette structure triple (corps/âme/esprit) est immortelle et indestructible. On peut donc comprendre que les explorateurs et colons reptiliens aient été tentés de capturer et mettre en cage une telle race aussi réussie et puissante. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :