• La forêt profonde des sciences voilées

    CHAPITRE 10

    LA FORET PROFONDE DES SCIENCES VOILEES,
    UN DOMAINE HYPER SENSIBLE.

    Au-delà de mes études formelles et officielles ma curiosité téléguidée par Gérard m’a amené à me livrer à des enquêtes ponctuelles et informelles concernant différents sujets touchant à la science dans sa partie secrète et sensible non accessible au grand public. Très souvent j’avais besoin de connaître les concepts contenus dans les livres difficiles que je parcourais. Ma confiance dans l’honnêteté intellectuelle des scientifiques a toujours été très relative. J’avais bien noté que les plus grands savants surveillés par l’Eglise avait refusé à une certaine époque la rotondité de la terre. Il est évident qu’ils sont tous soumis aux dogmes des autorités qui les financent. Que des scientifiques approuvent ou désapprouvent une théorie n’a rien à voir avec la vérité. L’histoire est emplie d’erreurs scientifiques et ce n’est pas parce que l’on est à l’époque du numérique que cet outil va changer quoi que ce soit. Pour moi les affirmations scientifiques d’aujourd’hui, officialisées par les médias spécialisées, ne valent que dans la mesure où je peux moi-même les vérifier ou au moins les croiser avec d’autres résultats provenant d’autres sources. Pourquoi existait-il des sciences dites occultes ? Où était la frontière entre occultisme, censure et désinformation.

     

    Définition du champ mystérieux de l’Occulte. Sciences occultes ou occultées ?
    Selon l’encyclopédie Wikipédia l’occultisme désigne un ensemble de courants spirituels et mystiques préoccupés par les forces mystérieuses du cosmos et de l'homme. Elle y ajoute l'astrologie et le chamanisme, ainsi que la radiesthésie, les tables tournantes et les arts divinatoires. Selon encore cette encyclopédie, l'Occulte en général serait comme un autre monde, parallèle au monde visible, ou comme sa dimension cachée. Dans ce monde bis la réalité entière se transfigure en un univers enchanté, peuplé d'anges et de dieux. Il est question de corps éthérique ou astral pour l'homme et pour la Nature. Le Monde serait un macrocosme, un Homme en grand, tout comme l'homme est un microcosme, le Monde en petit. Bien que cette définition soit fort intéressante, ce n’était pas exactement cette voie très imprécise et floue que je voulais utiliser. Ma démarche n’était pas philosophique, ni théorique, mais objective et raisonnable. Selon le dictionnaire de la langue française les sciences occultes sont un ensemble de doctrines et de pratiques faisant intervenir des forces mystérieuses non établies par la science ou la religion, telles l’Alchimie, l’Astrologie, la Nécromancie, les pratiques divinatoires diverses, etc. Là encore tel n’était pas ma recherche. Je n’ai pas la curiosité d’un érudit. Ma démarche était plus simple. Je me suis donc permis de définir moi-même et pour le besoin de mon travail mon propre champ d’exploration. Je ne cherchais pas à explorer un autre monde que le notre mais sa partie cachée et bien présente là où je vivais. Je reste très surpris de constater aujourd’hui encore que cette fausse croyance est viscéralement rivée dans notre mentalité à savoir que la partie secrète de notre monde serait ailleurs sans savoir où. Voilà pourquoi elle semble impossible à trouver. Ce serait comme le dit la grande série américaine :« La vérité est ailleurs ». Alors je suis désolé de vous l’apprendre mais elle est là et il en a toujours été ainsi. Je ferme ma parenthèse. Je voulais donc rester dans l’observation de la réalité observable par mes sens, quitte à stimuler mes sens internes. Par recoupement de faits et d’observations simples je voulais explorer la partie cachée et non rendue publique de notre science soumise à une censure soit disant bienveillante et protectrice. Je me suis donc limité à explorer le champ des sciences occultées et non pas occultes. J’en savais assez pour savoir qu’il n’existait pas d’au-delà, ni de monde séparé du notre. L’univers a différentes parties qui communiquent mais il n’est pas scientifiquement comme du saucisson en rondelles. Cette notion de ‘’l’ailleurs’’ est comme une voie de garage sans issu qui a été fabriquée pour les besoin de la ‘‘ Grande Cause ‘‘ qui n’est pas la notre mais celle d’un groupe très malfaisant et puissant que nous allons étudier ensuite. Je voulais vérifier ce qui commençait à se dessiner dans ma compréhension à savoir que les nombreux ponts et passerelles, nous reliant aux autres dimensions, étaient strictement interdits au commun des mortels. Elles sont très nombreuses et comme d’autres pièces à vivre de notre monde lui-même. En résumé je voulais comprendre, comme le ferait un journaliste, pourquoi l’accès à toute la maison ne nous était pas autorisé à nous qui dormons sur cette boule dite la Terre ? La raison devait être très importante ? Ces fameux mondes parallèles ne seraient que toutes les pièces de notre propre maison qui nous seraient interdites. Serions-nous séquestrés chez nous ? Ce qui est bien avec la vérité c’est que tout devient beaucoup plus simple à comprendre. Seuls les initiés auraient le droit d’y accéder sans que j’en comprenne encore le motif. Le règlement des conditions d’accès semblait lui-même un autre secret mieux gardé encore. Ce chapitre sera donc consacré à ma recherche pour découvrir ces accès secrets qui comportent des pouvoirs scientifiques bien gardé. Au-delà de cette découverte se posait pour moi une autre question centrale : L’état de quarantaine dans lequel les autocrates autorisées et initiées nous maintiennent était-il provisoire, naturel et favorable à l’homme ou son statut était-il purement carcéral et pourquoi ? Serait-ce la cause du fameux péché originel que nous rachèterions depuis si longtemps ? Nous ne sommes là pas très loin d’un début de réponse explosif. Préparez vous !

    L’utilité de la pensée unique
    La motivation de ma curiosité a été alimentée par la nécessité de comprendre pourquoi notre culture faisait l’objet d’une censure générale non dite et s’alignait sur une pensée unique devenue évidence pour le commun des mortels. Je fus alerté par cette réalité digne d’une vraie dictature. Qu’est-ce qui devait rester absolument caché, y compris par le tout puissant ‘‘ Secret-Défense ‘‘ , alors que nous n’étions plus en guerre. Mon cerveau, déjà bien entraîné à la critique, posait question sur question et je me suis intéressé à des sujets pour lesquels je n’étais pas du tout préparé. J’ai eu en général beaucoup de mal à obtenir des informations complètes parce que je n’étais pas du « milieu », je n’avais pas le fameux badge. Ma méthode a donc été celle du collectionneur. J’ai rustiquement ‘‘ glané ‘‘ au pied des tours le plus d’éléments possibles. J’ai collectionné durant 30 ans une grande quantité de bribes d’informations, je les ai classées et je les ai recoupées, constituant ainsi des séries de puzzles. Mon esprit a été longtemps comme une brocante. Jusqu’à ce que du mobilier complet apparaisse sous la poussière. Les petits bouts de témoignages concordants provenant d’époques et de sources différentes ont constitué petit à petit un faisceau convergeant qui équivalait bien à une vérité académique. Quelle que soit la branche de la science cachée que j’ai étudiée, je me suis toujours imposé une méthode personnelle en quatre étapes :

    -   La récolte de données :  J’ai d’abord voulu découvrir et accumuler des informations par la  
        presse, les médias, les livres, les conférences et Internet…
    -   L’analyse : Ensuite j’ai voulu décortiquer et analyser la matière que j’avais collectée.
    -  L’expérimentation : Puis je devais trouver un terrain d’essai, une opportunité        d’expérimentation  pour que je puisse toucher, voir, ressentir, pratiquer ce que j’avais découvert.
    -   Le test :  Enfin je voulais confronter mes découvertes avec celles d’autres chercheurs      et  dans la réalité quotidienne

    J’ai recherché aussi des détracteurs qui puissent contester mon résultat. Ils me permirent de réajuster ma recherche. Souvent j’ai découvert qu’il ne peut pas y avoir d’études valables sans une neutralité de recherche. Il ne doit pas y avoir d’obligation de conformité dogmatique à une idéologie. Comment pourrait-il y avoir un chercheur honnête qui conditionnerait d’avance son étude et sa recherche par un résultat obligé. Or beaucoup d’études officielles sont faites pour étayer une hypothèse, elles sont souvent payées pour ça. Je fus très vite persuadé que la pensée unique avait une fonction sociale stabilisatrice partagée par une immense majorité de mes contemporains. Face à l’angoisse de l’inconnu, accepté comme une fatalité, il est comme logique de se créer collectivement une fausse vérité rassurante estampillée du label scientifique. Toucher à ce statu quo est faire prendre le risque du déséquilibre à toute une population dormant sur un plancher provisoire dont l’histoire nous montre la précarité. J’ai souvent entendu dire que le remède possible serait pire que le mal ainsi institutionnalisé comme bien. C’est un comble ! Ce chantage n’est-il pas la justification du pervers manipulateur justifiant ainsi le bon côté d’avoir à céder à sa proposition forcée, jugée préférable ? C’est la triste logique habituelle du « On n’a pas le choix ». Je n’ai jamais pu trouver de justification à cette fausse sagesse du ‘‘ laisser faire ‘‘ .  A force de ténacité , la réalité que j’ai découverte derrière la censure et le ‘‘ Secret-Défense ‘‘ dépasse largement la fiction la plus inventive. Ce que j’ai découvert met tellement en danger la stabilité publique que j’ai enfin compris pourquoi les autorités investissaient autant pour masquer la vérité. Comment toute une race humaine pouvait trouver acceptable de céder à un tel chantage pour avoir la paix ? Serions nous collectivement sous influence et si oui laquelle ? En un mot j’ai découvert que notre monde terrestre est comme un gigantesque Luna-park artificiel dans lequel est vaporisée volontairement l’illusion d’une réalité dite à tord naturelle. Pour que ça fonctionne, les accès à la direction, aux ateliers et à l’extérieur sont non seulement strictement interdits au public mais entrainent la mort immédiate. Tous ceux qui en témoigneraient doivent aussitôt être neutralisés. Si vous êtes sceptiques sur cette découverte de la vérité vraie alors la suite vous concerne particulièrement. Vous allez tomber de très haut !

    Tout a commencé à la direction du C.N.R.S.
    Comme j’étais à l’affût de toutes les opportunités de découverte, je crois que tout a commencé pour moi, par hasard, s’il existe, lors d’un travail intérimaire dans les années 80 où j’ai été durant quelques mois chauffeur au siège du CNRS situé alors rue de Lille à Paris près des quais de Seine. Entre autres sommités de la recherche, j’ai conduit aussi un colonel médaillé ayant fait sa carrière dans les services secrets en Indochine et en Algérie. Il était chargé de toute la sécurité des CNRS en France. Comme cet homme n’était pas très sobre concernant la bouteille, la conversation était relativement aisée et il m’a fait prendre conscience de ce que je ne savais pas encore, à savoir que les découvertes scientifiques faisaient l’objet d’une surveillance maximum bien curieuse. La recherche scientifique était certes la source d’un enjeu stratégique politique, économique et militaire dont dépendait le rayonnement de la France. Je savais cela. Mais j’ai découvert une autre réalité dont j’étais bien inconscient. Il n’y avait pas que l’espionnage industriel qui était la cause d’une sécurité importante. Il y avait aussi un bien curieux contrôle interne de l’Etat pour tout ce qui était dit et écrit en matière de recherche. La sécurité de la Nation consistait aussi en une sorte de vigilance dans tout ce qui était communiqué, comme si l’Etat voulait rester maître de la communication, même sur des sujets non militaire, qu’ils soient historiques, archéologiques ou médicaux. Comme si l’Etat devait filtrer tout ce qui était découvert par les chercheurs. Ce colonel était comme le Monsieur Censure garant de la vérité définie par l’Etat. Il y avait donc en France aussi une ligne non officielle d’un parti non officiel. Je me retrouvais avec cette même compréhension que j’avais eu chez les jésuites à savoir qu’il fallait pour le bien commun que la société soit secrètement organisée en catégories selon les fonctions attribuées à chacun. Il fallait pour la raison d’état que le monde de la recherche reste hermétique, tout en étant assorti d’une publication adaptée pour ne pas dire ‘’arrangée’’. Pour éviter qu’il ne présente une façade trop austère et ne pas choquer les citoyens payeurs d’impôts une communication très abondante était faite en permanence tel un poster géant, sur un chantier, dans un quartier bourgeois. Il n’y avait rien de mal à cela en apparence, que du bon ordre mais c’était l’occasion pour moi de prendre conscience que l’information la plus sérieuse et sensible lue innocemment dans une revue officielle pouvait être ajustée aux buts recherchés et ne concernait que la cible de ses lecteurs. Il y aurait donc autant de vérités officielles que de niveaux d’administration. Ce que je pensais être la vérité vraie et objective n’existait jamais. Celle-ci faisait toujours l’objet d’une adaptation intelligente à un projet. C’est pour cela que la maîtrise complète des médias est si importante. Comme je le répéterai souvent encore dans ce livre : << L’information c’est le pouvoir >>. J’avais ce sentiment curieux d’un impératif besoin publique d’organisation de la société en castes non officielles alors que l’éthique nationale revendiquée par tous comme un privilège était la démocratie colorée des valeurs ‘‘ Liberté, égalité, fraternité ‘‘ .  Le fameux hasard faisant bien les choses, j’ai croisé lors d’une de mes tournées commerciales un cousin perdu de vue qui était maître de recherche dans un CNRS en province. Il m’a dit ceci: <<Tu sais, les maîtres de recherche ne sont pas libres de faire n’importe quelle recherche, leur carrière est en jeu. Leur demande de budget est conditionnée. Ils vont dans un axe de recherche spécialisé et s’en tiennent là. Leur liberté est très relative. Ils ne sont chargés ni de la communication, ni de l’exploitation de ce qu’ils découvrent. Nous sommes des chercheurs sous haute surveillance et sous contrôle >>. J’ai eu une complète confirmation de ces soupçons quelques années plus tard dès que je me suis abonné à des revues spécialisées qui essayaient d’éclairer les coulisses secrètes de notre société sans accepter le contrôle des Etats. Elles ont disparues ou ont choisi de rentrer dans le rang. Tous les articles cités dans ce livre proviennent des quelques rares journalistes courageux qui ont refusé cette contrainte et se sont réunis au sein de petites sociétés militantes à très faible tirage et cachées dans des zones désertiques du monde plus difficiles d’accès. Voici ici un exemple.

    La science censurée ou l’effort de désinformation
    Voici l’article de la revue NEXUS dans son n° 32 de juin 2004 : « les vraies causes du malaise de la recherche : la science censurée » par Rochus Bernard « …lorsqu’apparaissent des faits qui mettent en question les théories officielles, il est d’usage que l’establishment scientifique les rejette, s’abstienne de les publier et les discrédite en même temps qu’ils le font pour les inventeurs eux-mêmes…Dans le monde scientifique contemporain, les cartes sont tout simplement distribuées de manière très agressive à l’égard de ceux qui font des vraies percées scientifiques originales. Trop de carrières sont en jeu, trop d’intérêts sont impliqués pour que des avancées révolutionnaires puissent encore se produire. Les nombreuses anomalies évidentes qui dérangent la science établie, quel que soit le domaine, sont généralement écartées par un refus de publication ou si elles sont publiées, elles sont ignorées comme si rien ne s’était passé. Bien sûr, certains scientifiques parviennent à attirer l’attention du public, à défendre leur thèse auprès d’une audience plus large, peu intéressée par la validation des théories officielles. Si cela se produit et que des intérêts financiers ou professionnels sont en jeu, le monde scientifique, par les autorités qui les représentent, devient très méchant et se livre à des présentations trompeuses et déformées des faits ou même en falsifie les preuves. Cette agressivité peut aller même jusqu’au dénigrement des personnes quand ce n’est pas plus encore ». Le journaliste prend ainsi un exemple et il dit : « la fusion atomique froide à l’hydrogène-bore, contrairement à la réaction au deutérium-tritium, n’émet pas de neutrons mortels. Pourtant ce projet se heurta à la résistance farouche de l’establishment de la fusion chaude, sans doute parce qu’il est perçu comme une menace au prestige du programme établi de fusion chaude tel qu’il est aujourd’hui développé par les quelques grandes sociétés mondiales se partageant le marché. Et pourtant si des travaux de mise au point étaient entrepris avec cette technologie, nous pourrions avoir une source d’énergie bon marché, propre et inépuisable. Il s’agit là du plus grand scandale scientifique de l’histoire qui constitue une tragédie humaine. Tandis que les guerres et les révolutions font rage, à cause du pétrole comme pour la dernière guerre d’Irak, une source potentielle d’énergie capable de résoudre pour l’éternité les problèmes de l’humanité est ignorée de tous. »Fin de l’extrait de l’article. Voilà le genre d’articles que je commençais à découvrir dans des revues dites ‘‘ marginales ‘‘ dans les années 2000 et qui ne firent qu’augmenter ma curiosité. Je réalisais dès le début de mes observations que les efforts des médias et des politiques, pour désinformer étaient très importants et constants. Ce phénomène facile à remarquer a été au cœur de ma motivation. Je trouvais très curieux aussi qu’il n’y ait pas d’enseignement officiel fiable sur les questions que je soulève ici dans ce chapitre. Ces dernières sont très marginalisées et font l’objet d’émissions de télévision à sensation, toujours basées sur le même schéma : une présentation attirante, extravagante et somptueuse avec un fond inexistant et enfin une conclusion qui prête à sourire. Je dirais pour illustrer « circulez, il n’y a rien à voir là sur ce sujet ». Alors pourquoi faire une émission à une heure de grande écoute qui soit sans aucun intérêt ? La réponse est pourtant simple : Pour désinformer. Et ça c’est important pour l’Etat et son groupe secret d’appartenance. La désinformation consiste à expliquer officiellement une vérité en la déformant dans le but de faire croire en son contraire. Très vite et depuis longtemps, dès ma jeunesse, j’avais des doutes sur la réalité et la valeur des textes anciens comme les Evangiles ou surtout la Bible. Je trouvais dommageable qu’il ne soit pas possible de faire des recherches sur les origines de l’humanité. Pourquoi l’histoire de l’humanité était-elle aussi trouble et quasi inconnue ? Les seuls textes qui pouvaient paraître dignes d’intérêt étaient les textes de civilisations marginales ou en voie d’extinction comme celles des peuples indigènes ou des lointains tibétains. Tous les textes anciens évoquent des interventions non humaines et extra terrestres. J’ai toujours pris ces textes très au sérieux et je les compare avec ce que disent maintenant les astrophysiciens à savoir qu’il y a une énorme improbabilité d’un cosmos sans civilisation. Que nous soyons la seule planète habitée de l’univers est impossible statistiquement alors qu’il en existe des milliers avec une atmosphère habitable, appelées exoplanètes. Dans les années 90 à 2000, j’ai assisté avec intérêt à la découverte des textes de la Mer Morte et j’étais très surpris de voir que les instituts qui travaillaient sur leurs traductions n’avaient pas liberté de communiquer librement leurs résultats sans passer par la censure des religions monothéistes qui payaient ces traductions. Cela ne faisait qu’agrandir mes doutes sur l’honnêteté de notre culture moderne en générale même si elle se drapait dans une dignité savante et honorable. Mes premiers soupçons sur la valeur du contenu de mes études scolaires et universitaires trouvaient là leur justification dans ce qui était véhiculé par la culture aseptisée de la société civile.

    Un Gouvernement Mondial Occulte pourrait-il sérieusement être possible ?       
    Le plus délicat et le plus improbable pour moi restait encore la fameuse théorie du complot et l’hypothèse incroyable d’un éventuel Gouvernement Mondial Occulte. Jusqu’à il y a encore quelques années je ne pouvais pas encore adhérer sans réserve à une telle éventualité. Cette idée relevait de l’invraisemblable. Comment les gens intelligents et démocrates passionnés auraient-ils pu laisser passer un tel outrage ? Comment expliquer que la terre entière puisse avoir été trompée depuis des siècles ? Notre mental ne peux recevoir un tel concept. Je découvrais cependant qu’en dehors des élites religieuses et de leurs concurrents maçons, qui étaient les seules que je connaissais auparavant, il existait bien d’autres castes élitistes internationales et même supranationales qui bénéficiaient toutes de pouvoirs spéciaux inconnus du public. Cette découverte d’un puissant réseau planétaire de décideurs secret a accéléré ma curiosité. En même temps le champ immense couvert par le ‘‘ Secret-Défense ‘‘ m’a paru beaucoup plus étendu que ce que le commun des mortels pourrait en penser. J’ai commencé à découvrir aussi que l’ensemble des pays civilisés constituant le G20 présentait le même type d’organisation filtrante et les mêmes caractéristiques culturelles d’opacité. Ce qui n’était pas logique pour moi était que tous ces pays aient mis au point la même organisation de la censure et sur les mêmes sujets sensibles. Qui était la tête pensante orchestrant une aussi belle unité.
    Alors que tous ces pays affichaient leurs grandes difficultés à s’entendre et même à appliquer leurs propres décisions, ils marchaient comme un seul homme dans certains domaines concernant tous la censure et la pensée unique mondiale. A ce moment là de ma réflexion j’ai fait immédiatement volte face comme j’espère que vous le ferez aussi pour vous-même. Le mouton bêlant que j’étais a enfin levé la tête vers son bon pasteur, son bâton et ses deux chiens. Il était juste temps car je vis aussi le camion du marchand nous conduisant à l’abattoir. Il est évident que ce type de recherche m’a pris beaucoup de temps et de patience. Ce livre est l’aboutissement de bientôt 30 années de recherches tenaces, surement celui de toute une vie.

    Le blocage collectif en la croyance d’un Gouvernement Mondial Occulte
    Mes études sur la psyché m’avaient déjà donné un éclairage très important sur les causes de la très haute estime exagérée dont bénéficie la recherche scientifique auprès du public. Par certains côtés c’est une sorte de nouvelle religion moderne et laïque générant de nouvelles croyances. J’avais compris que la psyché est programmable par une forte autorité dominatrice que ce soit individuellement ou collectivement. Ce principe d’administration des masses fonctionne pour toutes sortes d’enseignements concernant la culture. Les dogmes ne sont pas exclusivement religieux. Des croyances sont inculquées facilement à travers l’enseignement sous forme de lavage de cerveau, même par simple adhésion à l’autorité familiale traditionnelle. Ces croyances se transforment en projets dans les jeunes cerveaux malléables et deviennent des destinées qui se figent avec le temps. Je n’avais que de très loin abordé la sociologie mais j’avais découvert l’avantage de la pensée unique pour celui qui veut habilement administrer une population. Je l’ai signalé plus haut, la pensée unique favorise grandement la stabilité sociale et politique. J’avais compris combien les peurs qui fragilisent et emprisonnent l’individu sont donc d’excellents outils de manipulation et de chantage. Nous contrôlons les jeunes enfants difficiles par la peur de la sorcière ou du loup qui viendra l’enlever l’enfant. Dés le début de ma recherche sur cet hypothétique Gouvernance Occulte, j’ai trouvé la cause du blocage collectif inhibant qui empêche d’adhérer, pour un sujet normal, à cette hypothèse. Ce qui empêche cette simple croyance est un conditionnement basé sur la peur inconsciente et collective de la maltraitance et des représailles de cette immense autorité paternelle perverse qui aurait du être protectrice et bienveillante. Le mouton ne profiterait pas correctement s’il connaissait d’avance sa destinée. Cette pensée inconsciente commune étant celle-ci : Il est probable que cette structure globale existe mais la nommer et la critiquer serait synonyme d’accepter mon assujettissement et mon impuissance. Je constate qu’elle est terriblement malfaisante mais mieux vaut ne pas la connaître, tellement elle est effrayante. Le mal absolu existe et nous n’y pouvons rien si ce n’est prier pour qu’il ne s’intéresse pas à moi. Peut-être la mort me délivrera-t-elle de cette fatale emprise ?  Relisant moi-même cette dernière phrase j’éprouve toujours le besoin de faire une pause tellement je sens que le cœur du drame est là. La dénonciation ne pourrait qu’entrainer un châtiment inutile. Cette autorité cachée et toute puissante utilise en permanence le harcèlement moral comme outil de domination. Elle protège, culpabilise, punit et récompense le tout en même temps. Qui va aller s’y opposer ou simplement la désigner ? Je décidais donc, avec difficulté, d’approfondir certaines pistes ouvertes qui allaient dans la voie d’une possible gigantesque manipulation mentale et collective à l’échelle planétaire ; ça me donnait le vertige. Mais Gérard semblait très à l’aise et me poussait. Auparavant cette théorie du complot me paraissait extravagante parce qu’elle sous-entendait deux critères : Une seule Direction Mondiale incluant toutes les nations et la capacité pour ce Supra-Gouvernement à être complètement invisible. Il faudrait beaucoup d’imagination pour y donner du crédit, nous sommes bien d’accord ! Voilà décrite la fameuse couverture qui le rend invisible. Son apparente impossibilité ! Répétez-vous ces trois dernières phrases qui semblent anodine. C’est l’une des clés qui ouvre la porte interdite. Son principe est simple : << Plus gros est le mensonge, mieux il est accepté>>. C’est la loi bien connue de tous les escrocs qui pensent ainsi : << Personne ne pourra deviner que c’est faux, personne !>>. C’est vrai, ça fonctionne. Comment un tel organisme si puissant aurait pu passer inaperçu à tous ? Poussé par Gérard, je le répète, Je décidais d’explorer tranquillement le sujet sur plusieurs années. A partir de cette décision dans les années 90 tout ce que j’avais connu jusque là de sensationnel m’est apparu fade et modéré en comparaison du monde sombre, secret et inquiétant que je découvris ensuite. Si je n’y avais pas été préparé et si mon double ne m’avait efficacement protégé, je n’aurais pas pu garder mon équilibre psychique dans un univers aussi violent, froid, cruel et dénué d’amour tel que m’apparut au bout de quelques années la réalité du monde secret de la Grande Gouvernance Planétaire. La description de mes recherches, que pompeusement je qualifie d’études, vous amènera à comprendre comment, progressivement, une architecture planétaire inimaginablement folle m’est apparue. Au cœur d’un système bien huilé tournait un moteur psychique, générateur d’énergie. Il fonctionne avec une énergie gratuite produite en permanence par la souffrance de l’humanité. Je vous avais prévenu c’est effrayant ! Je me suis demandé alors par quel tour de force magique la masse humaine avait pu devenir aussi faible, soumise, naïve et crédule. Serions-nous tous lobotomisés ? Nous ne sommes plus très loin de la vérité. La lobotomie est une opération chirurgicale du cerveau qui consiste en une section ou une altération de la substance blanche d’un lobe cérébral. Le but recherché est la passivité et l’obéissance. Je ne peux pas tout vous dire d’un seul coup. A la fin de mon enquête, j’avais levé le voile sur les coulisses cachées de la gestion de notre planète et de la présence occulte de sa très Haute Direction Secrète. Ce sommet qui s’avère être celui d’une pyramide est comme la clef de voûte d’un système parfait qui ne rend possible aucune opposition. Je dirais, pour le qualifier, que c’est la perfection au service de l’asservissement total. Vous êtes vous-mêmes, comme moi, sans le savoir à son service quotidiennement. Il est donc logique que ce grand ouvrage ne puisse provenir que de l’esprit de dieux non humains, dotés de très grands pouvoirs. Cependant et très curieusement la fin de mes recherches, couronnée par ce livre, a été beaucoup plus heureuse que le commencement. Ce fut pour moi comme un renversement de situation. Bien sur avant ça cette quête m’entraîna longtemps dans l’atmosphère angoissante d’un gigantesque complot contre l’humanité pour lequel le génocide de la deuxième guerre mondiale n’est comparativement qu’infiniment minuscule dans toutes ses caractéristiques. Malgré le climat sinistre que j’ai dû personnellement endurer, la sortie du tunnel fut heureuse, car tout est bien qui finit bien. Le totalitarisme absolu exercé par la Gérance Planétaire Occulte n’est pas étendu à tout l’univers. Il ne contrôle que quelques planètes dans le système solaire et en dehors. De plus sa très longue ère de gérance est en train de s’achever ces années-ci pour des raisons décrites plus loin. Telle est la formidablement bonne nouvelle de la grande transformation planétaire de 2012. Les moutons bêlant n’iront pas à l’abattoir. C’est le grand changement de régime de toute la planète. L’heure de la libération a déjà sonné depuis 20 ans de notre horloge pour nous les humains, c'est-à-dire 20 secondes du temps cosmique. La grande Falsification est enfin dévoilée. Ils sont enfin mis en lumière ces fameux Archontes usurpateurs décrits par les textes de la bibliothèque copte de Nag Hammadi dans le traité gnostique sur l’origine de l’homme. La bonne surprise fut enfin pour moi l’inattendu, la cerise sur le gâteau, c’est-à-dire un contact facilité avec nos civilisations voisines observatrices de la scène planétaire. Nos vrais parents cherchent par tous les moyens à nous contacter et à nous libérer de notre prison. Voici ici la liste des six principaux groupes très actifs et puissants qui concernent les possibilités actuelles de contact : 


    - Le groupe des Mères Divines, nos génitrices historiques à l’existence censurée.
    - Les légions archangéliques qui m’ont soutenu depuis le début de mon projet.
    - La partie de l’humanité qui a réussi à fuir les Archontes après le denier déluge et s’est    
      réfugiée dans l’espace secret de la Terre Creuse et dont la connaissance est interdite.
    - Le collectif Kryon qui a installé la nouvelle grille électromagnétique de communication.
    - Le Haut Conseil de Sirius qui est le siège de la planification universelle.
    - Les Maîtres ascensionnés des deux Cités de Shamballa.


    J’ai découvert que je contribuais moi-même par ce livre à ce changement de régime planétaire. En réalité mon projet de vie était déjà bien établi avant ma naissance. Ma vie entière, bien que faussement rocambolesque, n’en aura été que la réalisation. Pour cela, il me fallait vivre dans un seul corps en harmonie fraternelle avec un jumeau qui devait être quasi clandestin dans mes jeunes années pour prendre ensuite le volant de ce projet à la maturité. C’est grâce à cette stratégie habile que j’ai pu échapper à l’onde paralysante, hypnotique et mortelle de l’atmosphère ambiante vaporisée en permanence par le Gouvernement Occulte.


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :